Conseil municipal du 5 février: intervention de Frédéric Durand sur les taux de taxes d'habitation.

L’augmentation des impôts locaux dans notre commune est un cas unique dans les anales de la fiscalité française. 45%, c’est du jamais vu de mémoire de fiscaliste. A Saint-Ouen elle s’évalue chaque année à 10 millions d’euros supplémentaires directement prélevés dans le porte monnaie des Audoniens. Soit plus de 30 millions aujourd’hui.
C’est du pouvoir d’achat en moins pour les habitants dans un contexte déjà difficile pour assumer la vie quotidienne.
Sans aucune contrepartie en terme de service rendu à la population, bien au contraire. Vous demandez aux Audoniens de payer plus pour avoir moins.

En ce qui concerne notre groupe, nous ne contestons nullement, dans le cadre de contraintes budgétaires imposées par l’Etat, qu’il y ait eu besoin d’une augmentation des impôts pour redonner de l’oxygène à la ville.
Mais augmentation des impôts ne signifie pas hold-up municipal.
Hors ce que vous avez fait est ni plus ni moins qu’un hold-up.

Vous aviez la possibilité d’augmenter raisonnablement ces taxes, d’autant plus que la population augmente chaque année et donc l’assiette des prélèvement s’élargit avec davantage de contribuables solvables. Mais vous avez choisi, comme en d’autres domaines la brutalité. La brutalité et la facilité. Vous auriez également pu augmenter davantage le foncier bâti qui n’est pas lié  aux autres taxes locales et augmenter moins la taxe d’habitation.
Taxe d’habitation qui correspondait avant dans bien des cas à environ un loyer mensuel et qui aujourd’hui correspond à deux loyers mensuels. Les locataires paient donc désormais un 14eme mois.

Pour ces raisons nous voterons contre cette délibération .

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Commenter cet article